LE PRESIDENT BERNARD PHAN
LE PRESIDENT BERNARD PHAN

     Le mot du Président

 

L’admission dans l’Ordre des Palmes académiques d’un Français, quelle que soit sa profession, exprime la reconnaissance, par le ministre en charge de l’enseignement, de services éminents rendus par le récipiendaire à l’éducation et à la vie économique de la société française. La reconnaissance et l’essor de la formation continuée, tout au long de la vie, même si elle peut encore s’amplifier, ne limite plus aux 14-25 premières années de la vie la période où l’on apprend. Tous, aujourd’hui, dès lors qu’ils prennent leur métier à cœur et l’accomplissent avec le souci de bien faire doivent apprendre leur vie durant et ceux qui maîtrisent les connaissances nécessaires ont le devoir de les aider à les acquérir et les maîtriser. C’est la condition indispensable de la réussite de notre pays dans cette fameuse « économie de la connaissance ». Fort de l’action passée et des mérites reconnus, le nouveau décoré peut considérer que sa tâche est achevée et que la remise de sa décoration est un aboutissement.

Ce serait dommage et probablement contraire aux mobiles psychologiques profonds qui ont jusqu’à sa distinction animée son existence. Le respect du savoir, le souci de l’approfondir, l’envie de le transmettre ne peuvent pas être interrompus par une cérémonie protocolaire. Quand on aime apprendre et faire partager ses connaissances, c’est pour la vie.

L’AMOPA a été créée pour que les membres de l’Ordre qui le souhaitent puissent encore perfectionner leurs techniques de transmission du savoir en partageant leurs expériences. Ils trouveront dans nos activités la possibilité de continuer à se cultiver et à se distraire dans une atmosphère conviviale. Entrer dans un Ordre est plus un commencement qu’une fin. Entrer à l’AMOPA est le moyen de relancer son action.

 

 

Le Président de la section samarienne :

Bernard PHAN.